Archives

Chacune des générations qui se sont succédées à l’Étude généalogique Pérotin, depuis sa création en 1899, a contribué à enrichir et compléter un fonds d’archives privées exceptionnel. Ce sont des outils irremplaçables à la disposition de nos généalogistes, pour accélérer et fiabiliser les recherches d’héritiers.

Fichiers d’état civil

Les tables décennales permettent des recherches par période de dix ans, mais elles doivent être consultées dans les mairies ou les centres d’archives. Les fiches des archives de l’Étude généalogique Pérotin, pour l'état civil de plus de 75 ans, permettent à nos généalogistes de balayer une période de près de deux siècles. Ces fiches contiennent également des mentions de mariages, dont il n’est souvent pas possible de retrouver les tables dans les archives publiques, car certaines ont été détruites.

Listes nominatives des dénombrements de population

Ces listes nominatives comportent les lieux de naissance de chacun des membres de la famille. Elles ont été recopiées à l'étude, en établissant une fiche cartonnée pour chaque famille bordelaise, d'après le recensement de 1921. L'étude utilise également les listes du recensement de Bordeaux de 1886. Ces renseignements sont déterminants pour connaître la composition des familles.

Faire-part de décès

Chaque faire-part de décès, publié dans la presse quotidienne régionale, fournit des informations précieuses sur la famille du défunt, et permet ainsi de progresser plus vite dans les recherches. Dans la Petite Gironde, les annonces sont présentées dans des cahiers reliés. Dans Sud-Ouest, le nombre d’annonces augmente progressivement. De 1903 à 1992, l’annonce associée à chaque faire-part a été découpée, collée sur une fiche cartonnée, puis classée dans les tiroirs de l’étude. En 1992, Benoît Pérotin décide de privilégier la saisie informatisée de chaque annonce. Depuis 2003, l’étude achète chaque année la version numérique de Sud-Ouest, pour archiver et indexer les faire-part.

Annuaires

Pour un utilisateur ordinaire, les annuaires sont périmés dès qu'ils peuvent être remplacés par une nouvelle édition. Pour nos généalogistes, des annuaires anciens, régionaux ou parfois lointains, apportent au contraire des renseignements précieux pour aider à retrouver un héritier. Nous en avons dans nos archives qui datent de l’Ancien régime et sont encore utiles. L’Étude généalogique Pérotin conserve également des annuaires du bout du monde.

  • Almanachs de l’Ancien régime, pour Bordeaux
  • L’Annuaire du Gotha (fin du xıxe)
  • L’Annuaire de la Gironde (1864-1941) est conservé à l’Étude généalogique Pérotin depuis sa première édition. Son classement des habitants par nom et par rue en fait un outil très pratique. L’étude a également archivé ses précurseurs, nommés successivement Calendrier (1836) puis Almanach (1849).
  • Différents annuaires professionnels, notamment pour les professions juridiques (avocats et notaires), les médecins, les architectes, le clergé... C’est cette fois plutôt la seconde moitié du xxe siècle qui est couverte.
  • L’Annuaire des châteaux d’avant-guerre, ou des éditions plus récentes du Who’s Who et du Bottin mondain sont utiles pour compléter les informations sur le xxe siècle.
  • Enfin, nous conservons plusieurs collections complètes des annuaires téléphoniques de la France entière, mais aussi certains annuaires du monde, notamment les annuaires de pays d’Amérique du sud et d’Afrique du nord.
     

Cartes de pain de Bordeaux

Pendant l’occupation, le rationnement a conduit à l’établissement d’un fichier nominatif des cartes de pain. Un fichier singulier qui apporte parfois l’information manquante...